26 octobre 2006

26. Papy Blood

    Elle m'étonnera toujours, Evaline. La petite Heliana est à peine venue au monde que sa mère fonce directement sur le tapis de marche pour faire une course, sous prétexte qu'à cause du bébé, elle a prit quelques kilos mal placés. Mais qu'est-ce qui faut pas entendre. Vous les trouvez mal placés, ces kilos, vous ? Bien sûr que non ! Elle toujours une aussi belle silhouette que celle qu'elle avait le jour de sa naissance... bon, avec quelques attributs en plus, évidemment.

    Vous remarquerez aussi que c'est avec le sourire qu'elle se crève pour perdre des grammes qu'elle n'a pas. A croire qu'elle aime se faire suer. Ca doit être un reste du caractère de Lucie qui a survécu au milieu des gènes autrement plus évolués de Blood. Tant que c'est ça, tout va bien. Tout ce j'espère c'est qu'il ne lui vienne pas l'idée de ne plus vouloir s'occuper de sa fille, comme feu sa mère avant elle... Oui, bah tu peux râler, Lucie. Il n'empêche que t'as pas été fichue d'inculquer la moindre petite chose à Evaline quand elle était petite. Remarquez, la gamine ne s'en porte pas plus mal...


    C'est un jour tragique, aujourd'hui. Que dis-je ! Désastreux ! Mon Blood... mon petit Blood... mon fils... la lumière de ma vie... Voici venu l'heure de son anniversaire ! Il va devenir un vieux gâteux, comme ses parents, avec des cheveux gris et un mal de dos à répétition. C'est horrible, je veux pas voir ça ! Fabrice, préviens-moi quand ce sera fini !

    - Allons, pupuce, tu ne vas quand même pas te mettre dans des états pareils ? Regarde-le, bibiche, il est si content d'avoir bien grandi...

    Bien grandi ?! Bien rapetissé, tu veux dire ! C'est pas pour rien que j'appelle cette période le "tassage express". Même mon Blood n'a pas réussi à y échapper. C'est pas comme les rares habitants de Parker Canyon que je vois passer devant la maison et qui n'ont pas pris une seule ride depuis que je suis arrivée dans cette contrée désertique ! M'est avis qu'ils doivent passer leur temps à faire trempette dans la piscine de jouvence du quartier, c'est pas possible autrement.


    C'est exactement comme Dalessio. Cela fait quelques temps déjà qu'il passe voir sa soeur dans son salon de coiffure. Moi, vous me connaissez, quand je m'ennuie, je demande à Cycy si je peux venir avec elle et tout au long de la nuit, on commente discrètement la tête des clients et on fait des paris sur celui qui osera se faire tailler les tifs par la vampire de service. Regardez bien mon petit Dalessio. Regardez-le bien. Vous trouvez qu'il a vieilli ? Qu'il a pris quelques rides alors qu'il en est presque à la quarantaine ? Eh bien macache ! Dalessio, il est toujours aussi jeune que lorsqu'il a quitté la maison pour partir vivre sa vie. Il va falloir que j'enquête sur ce phénomène, c'est pas normal de vivre aussi longtemps sans changer d'un pouce... ou alors faut s'appeller Cylanne.


    Justement, à propos de Cylanne, y a du nouveau dans sa vie sentimentale. Depuis le suicide de son ex-vampire de comte de mari, la pauvre Cycy ne vivait plus que dans la colère d'avoir été trahie et la tristesse de se retrouver seule du jour au lendemain. Alors, après avoir frôlé la visite du psy parce que madame la vampire n'avait plus goût à la vie éternelle, j'ai décidé de lui parler.

    - Tu sais, ma puce. Parfois, il faut savoir remonter ses manches et chercher une autre marche à gravir même quand l'escalier est brisé.

    Oui, je sais, je suis forte en métaphore. Et Cycy aussi, d'ailleurs, car elle m'a répondu :

    - Mais maman, comment veux-tu que je puisse trouver un autre escalier alors que le gouffre est si large ? C'est impossible !

    - Impossible n'est pas Shar, sache-le ma fille ! Tu sais de quoi tu as besoin, pour te remonter le moral ? D'un mec ! Mais attention, pas un gus aux dents longues. Je te parle d'un vrai de vrai mortel, celui qui ne décidera jamais de redevenir humain puisqu'il y est déjà.

    Mes mots ont dû porter leurs fruits, car j'avais à peine remis les pieds dans l'ascenseur divin que Cycy avait trouvé une belle conquête en la personne de Laurent Marquès, un rouquin qu'elle connaissait puisqu'elle lui avait fait une coupe de tous les diables, très djeunz' ! Bon, eh bah ça c'est fait... Problème suivant !


    - Ah ah, ah ah ! Si avec ça, je ne deviens pas riche ! Hi hi ! Allez, encore un peu et j'aurai bientôt 10§ en poche !

    Le gars que vous voyez là, à essayer de se faire de l'argent de poche, c'est Loïc qui vient de se trouver une nouvelle occupation... dans le genre pas très légale. Réflèxe d'ancienne Ultra Sim, j'ai littéralement bondi sur place quand je l'ai vu jouer avec cette machine à fabriquer des faux billets. Non mais, regarde-le, Fabrice. Tu crois franchement que c'est digne d'un flic, ce qu'il fait ?

    - Bah, il fait bien ce qu'il veut, tant qu'il réussi à regonfler le porte-monnaie que Blood a fait fondre en faisant construire la maison.

    A force de 10§ par-ci et 5§ par là, il va pas gonfler lourd, le porte-monnaie. D'autant plus que s'il se fait chopper, cette andouille, non seulement il perd son boulot au commissariat, mais en plus il fini ses jours à l'ombre, pile poil au moment où Eva reprend le boulot. Avec toutes les heures supp' qu'elle se paye au stade et l'éducation d'Héliana, tu crois vraiment qu'elle va avoir le temps de lui apporter des oranges ?


    Regarde, Fab. Si Loïc doit prendre exemple sur quelqu'un pour rapporter des sous, c'est bien sur Blood et Irène ! Eux, au moins, ils ont compris que la peinture n'était pas une perte de temps et que ça se revendait très cher. D'autant plus que Cylanne a décidé qu'il fallait que toute la famille s'y mette étant donné qu'elle a quelque peu modifié son salon de coiffure.

    - Voyez-vous, j'ai décidé que j'allais faire une galerie d'art en plus du salon de coiffure ! a-t-elle décrété. Parce que la coiffure, c'est bien, mais y a tellement peu d'habitants dans ce trou que j'en ai vite fait le tour. Et ils vont pas s'amuser à revenir tous les jours pour changer de coupe de cheveux. A la longue, ils deviendraient chauves !

    Et elle a su trouver les arguments pour tous les coller devant un chevalet. C'est bien simple, depuis que Cycy a coché l'option "galerie d'art" dans son salon de coiffure, tout le monde peint ! Y comprit Evaline, entre deux courses pour perdre trois grammes. Le seul qui y déroge, c'est bien Loïc. Ce dernier préfère encore faire des faux billets sous prétexte que "ça va plus vite". Mouais... bah le jour où il se fera arrêter, il viendra pas pleurer parce qu'on l'avait pas prévenu !


    Ah ! Voilà enfin un évènement qui a réussi à faire sortir Loïc de sa machine à faux billets ! Et pourtant, la famille avait tout essayé pour lui faire oublier l'idée de fabriquer du futur papier-toilettes. Eva l'avait bombardé de câlins et de bisous en lui donnant rendez-vous dans la chambre conjugale pour un gala-gala party en règle... sans succès. Cylanne l'avait menacé de le transformer en vampire mais le hic... c'est que Loïc trouvait que ce serait génial, que comme ça, il aurait toute la nuit pour faire du fric. Blood a même été jusqu'à lui interdire de prendre sa voiture mais rien n'y a fait.

Et puis, le petit bout d'chou d'Héliana est arrivé, tout sourire, avec une fulgurante envie de se goinfrer de gâteau même sans chicots pour le mâcher. C'était ça, le déclic. Loïc a sorti son nez de ses billets et la petite a eu un bel anniversaire en famille. Pour le moment, je suis pas fâchée de la tête de la gamine, mais vous allez me dire que quand c'est encore enfant, c'est difficile de voir les traits qu'ils auront quand ils seront adultes. Et bien j'espère qu'Héliana va suivre la voie des Shar, sinon je donne pas cher de son héritage...

Posté par ParkerJones à 19:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur 26. Papy Blood

    Salut !

    Je poste pour te dire que j'a-do-re cette chronique ! Tu raconte avec un style bien à toi, drole et tout et tout Je kiffe !!
    Bonne continuation

    Klee

    Posté par Klee, 29 octobre 2006 à 10:36 | | Répondre
Nouveau commentaire